Regards sur la gastronomie au Moyen Age

Publié le par ognunoeciochemangia

untitled.jpgLeviandier.jpg

Le Moyen Age est souvent considéré comme une époque obscure, une simple période transitoire entre l'Antiquité et la Renaissance, d'où l'expression "moyen âge". Or une partie de notre patrimoine, de nos régions, de notre gastronomie doivent plus au Moyen Age qu'à la civilisation gréco-romaine (économie et commerce, médecine, art culinaire...)
Au Moyen Age, manger n'est pas seulement une nécessité, c'est aussi, déjà!, un plaisir. De nombreuses saveurs, odeurs et couleurs de la gastronomie médiévale ont disparu, d'autres perdurent...Les épices sont certes un héritage de l'Antiquité mais c'est au Moyen Age que la gamme en a été élargie. De nombreuses épices font partie des plats quotidiens: la cannelle, la noix de muscade, le macis (
arille qui enveloppe la graine du muscadier), le gingembre (et le galanga), le poivre long, les graines de paradis (la maniguette), etc. Si les épices ont évidemment des propriétes thérapeutiques selon les médecins, leur extraordinaire succès est aussi lié aux origines merveilleuses qu'on leur suppose (l'Orient que l'on croyait si proche du "Paradis Terrestre"). Bruno Laurioux analyse les habitudes alimentaires des périodes de carême, de charnage, les pratiques kasher; la cuisine, tributaire des contraintes naturelles, économiques mais aussi religieuses et culturelles; la hiérarchie symbolique des différents aliments (dépendant du milieu: eau, terre, ciel; les légumes, le poisson étant inférieurs aux fruits et aux volatiles...); les boissons les plus appréciées (cidre, cervoises, bières, vin, hypocras...); le repas comme acte social; les manières et service de table...S'inspirant de livres de cuisine anciens des grands "maîtres queux" tels que le Viandier de Taillevent (1380), Du fait de cuysine de Maître Chiquart (1420) ou encore Le mesnagier de Paris (anonyme), l'auteur nous décrit un Moyen Age synonyme de "Diversité" dont la gastronomie aux touches parfois exotiques peut surprendre!
Un livre prenant et fort intéressant!

Quelques exemples drôles et insolites:
les macaronis et lasagnes qui conservent parfois 2 à 3 ans dans des confits de "graisse"; les règles transgressées en période de carême (on mange beaucoup de castors, animal ambigu, mammifère qui vit dans l'eau!; les tavernes, lieux de débauche, le Banquet "spectaculaire" du Duc de Bourgogne en 1454 à Lille ...

Publié dans cucina

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article